this-is-us-affiche

Saison : 1

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : « This Is Us » a été dévoilée au public américain lors de la rentrée 2016, aux côtés d’autres séries comme « Westworld » et « Luke Cage ». Ici, point de super-héros, ni de dystopie, ni même de meurtres. La série s’ouvre sur une statistique originale, « Un être humain a le même anniversaire que 18 millions d’autres personnes », puis nous présente successivement quatre personnages qui sont nés le même jour.

Commencer à regarder « This Is Us » par hasard ou par affection pour un acteur qui y joue, c’est s’exposer sans le savoir à une claque phénoménale. Car derrière sa simplicité apparente, se cache une impressionnante maîtrise des divers éléments qui contribuent à la réussite d’une série. S’il y a une chose que « This Is Us » maîtrise par-dessus tout c’est le dosage : la série résiste à l’appel du pathos et marque durablement les esprits par sa capacité à nous faire osciller entre rires et larmes. Ce savant mélange est d’ailleurs perceptible dès les premières minutes de la série. Une scène de couple amusante nous fait sourire mais, en fond sonore, la chanson « Death with Dignity » de Sufjan Stevens n’annonce rien de bon… Pour renforcer l’émotion, et ainsi accélérer la course des larmes qui roulent sur nos joues, « This Is Us » opte souvent pour des chansons guitare-voix mélancoliques qui trouveraient également leur place à la fin d’un épisode de « Cold Case ». On pense notamment à « Some Day Soon » d’Alexi Murdoch, « The Wind” de Cat Stevens, ou encore “Blues Run The Game” dont les différentes versions se font entendre à plusieurs reprises.

this-is-us-milo-randall

Telle une équilibriste, « This Is Us » marche sur un fil mais jamais ne vacille. Elle n’a pas peur d’aborder des sujets forts comme la mort, le pardon, l’amour ou encore la parentalité. Ces thèmes délicats sont servis par des dialogues de qualité aux métaphores mémorables. En outre, discrètement mais pas innocemment, la série met sur le devant de la scène des personnages que l’on n’a pas l’habitude de voir. Ce n’est pas par hasard si une femme obèse occupe l’un des rôles principaux. Ce n’est pas non plus par hasard si le personnage qui a une carrière remarquable et une vie de famille stable est un afro-américain. La représentation n’est pas un problème pour « This Is Us » : la série se pose en miroir de ses spectateurs et ajoute à cela un message d’unité. Son titre ne nous dit pas « Ce que je montre, c’est vous », il nous dit « Ce que je montre, c’est nous ». Et c’est sûrement pour cela qu’elle nous parle autant. On n’a peut-être pas le même parcours que les personnages, mais on s’identifie à eux car ils nous ressemblent. Leurs émotions nous renvoient à nos propres émotions, à notre propre vécu.

Aucun personnage de « This Is Us » ne sonne faux. Tous sont incarnés à la perfection par un casting extraordinaire. Mandy Moore, Chrissy Metz, Justin Hartley, Sterling K. Brown et Milo Ventimiglia sont rayonnants. Ils donnent vie à des personnages extrêmement bien écrits qui respirent la sincérité, la fraîcheur et l’authenticité. Jack Pearson (Milo Ventimiglia) est sans aucun doute la meilleure figure paternelle qu’ont connu les séries télévisées. Son optimisme à toute épreuve, combiné à sa volonté de constamment donner le meilleur de lui-même pour les gens qui l’aiment, le rendent incroyablement attachant. Le couple qu’il forme avec Rebecca (Mandy Moore) nous rappelle souvent les mythiques Nathan et Haley de la série « One Tree Hill ». Comme Haley, Rebecca nous touche par sa bonté, son dévouement pour ses enfants et sa passion pour la musique.

Tous les personnages de « This Is Us » ont été secoués par la vie à un moment ou un autre. Mais ce n’est pas forcément une mauvaise chose car, sans ces fêlures, ils ne seraient pas devenus les hommes et les femmes qu’ils sont aujourd’hui. L’un des enseignements que « This Is Us » nous inculque, c’est qu’on peut se relever de tout lorsqu’on est bien entourés. La famille, notamment, est un cercle protecteur formidable. C’est dans ce cercle que les êtres humains se construisent. Par le biais de flashs back récurrents, « This Is Us » nous montre que nos actes ont des conséquences. Certains paraissent anodins mais sont susceptibles d’avoir une influence importante par la suite. On le voit par exemple au travers des traditions que les enfants perpétuent encore vingt ans après. « This Is Us » est une invitation à être attentif aux autres, à prendre soin de nos proches, à profiter de l’instant présent, et de la vie tout simplement.

Ma note : 19/20