sans-un-bruit-emily-blunt

Sortie : 20 juin 2018

Titre original : A Quiet Place

Vu en : version originale sous-titrée

Ma critique : Sans générique ni même titre du film (celui-ci n’apparaîtra qu’au bout de neuf minutes), « Sans Un Bruit » nous happe dans un monde post-apocalyptique peuplé de créatures à l’ouïe surdéveloppée qui attaquent au moindre bruit. Cet environnement hostile fait immédiatement écho à « The Walking Dead ». Des personnages qui marchent le long d’une ligne de chemin de fer, s’approvisionnent dans un supermarché abandonné, tentent d’échapper à des créatures menaçantes… Les similitudes avec la série d’AMC sont nombreuses. On se souvient d’ailleurs que les zombies de « The Walking Dead » étaient, eux aussi, attirés par le bruit mais dans une moindre mesure. En effet, dans « Sans Un Bruit », faire tomber une assiette accidentellement suffit pour perdre la vie. La clé de la survie est donc le silence complet.

Le silence est une cape invisible dans laquelle les personnages se drapent pour survivre. Ils sont ainsi forcés d’évoluer dans des conditions qu’on a rarement vues ailleurs, et c’est en cela que le concept est original. Il est très intéressant d’observer avec quelle ingéniosité les personnages ont su bouleverser leur quotidien pour survivre. De plus, le film nous fait prendre conscience que, dans la vie comme au cinéma, il y a en permanence un fond sonore (musique, circulation, voix, etc.). Quand ce bruit n’est plus, on se retrouve déstabilisés. Le silence nous met en alerte, écarquille nos yeux et accélère notre rythme cardiaque. Tant pis pour le popcorn, on le mangera après la séance. Par son travail minutieux sur l’ambiance et le son, « Sans Un Bruit » nous absorbe dans son univers angoissant et accentue notre identification aux personnages.

Nous suivons une famille qui fait de son mieux pour survivre. Le père de famille est incarné par John Krasinski, connu notamment pour son rôle dans la série « The Office ». L’acteur endosse ici un quadruple rôle puisqu’il est également scénariste, producteur exécutif et réalisateur ! La mère est interprétée par Emily Blunt, vue récemment dans « Sicario » (2015) et « La Fille du Train » (2016). C’est la première fois que les deux acteurs, mariés à la ville, jouent ensemble dans un film. A l’écran, leurs deux enfants sont incarnés par le talentueux Noah Jupe qui brillait déjà dans « Wonder » (2017) et la très juste Millicent Simmonds découverte dans « Le Musée des Merveilles » (2017). Tous les quatre font du beau travail et sont convaincants. Mention spéciale à Emily Blunt, à qui l’on doit la séquence la plus mémorable du film.

« Sans Un Bruit » est un drame horrifique réussi. Il fait preuve d’une belle inventivité et d’une solide maîtrise. Il s’agit d’une métaphore intéressante du rôle de parents et de cette fameuse question de la protection des enfants contre tous les dangers existants. A l’instar de « The Walking Dead », le film n’aborde jamais les questions qui brûlent nos lèvres : comment le monde en est-il arrivé là ? D’où viennent ces créatures sanguinaires ? Il s’intéresse moins aux causes qu’aux conséquences. Peut-être aurons-nous des réponses dans « Sans Un Bruit 2 », le sequel qui a d’ores et déjà été annoncé.

Ma note : 16/20